cemafroid
cemafroid
LES NOUVELLES FRAÎCHES  
Septembre 2018  
 
  ACCUEIL cemafroid LE CEMAFROID cemafroid NOS PRESTATIONS cemafroid NOUS CONTACTER  
 
  cemafroid   FROIF : une nouvelle source d’économies d’énergie dans le transport sous température dirigée  
 
 

La France, dans le cadre de la loi  de transition énergétique pour la croissance verte, a pris des engagements forts en matière d’économies d’énergie avec un objectif de diminution de la consommation d’énergie finale de 50 % en 2050, par rapport à la référence 2012, et avec un objectif intermédiaire de 20 % de réduction d’ici 2030.

Le transport est l’un des axes essentiels de cette politique dont l’importance a été réitérée dans le plan climat avec une échéance à 2040. Le transport frigorifique constitue un maillon essentiel dans la chaîne du froid. Cumulant les consommations du transport à celles du froid, il est l’un des plus énergivores. Toutefois, peu d’actions spécifiques à cette activité ont été entreprises dans le cadre des programmes de Certificats d’Economie d’Energie par les acteurs du secteur pour diminuer les consommations d’énergie.
 

Véhicule frigorifique

 
     
 

Des marges de progrès par la formation et la diffusion de bonnes pratiques

Des marges de progrès existent pourtant en particulier en matière de bonnes pratiques d’utilisation des engins frigorifiques. Une étude comparative réalisée par le Cemafroid en juillet 2018 sur un véhicule utilitaire frigorifique en livraison avec et sans arrêt du groupe a, par exemple, montré une baisse de consommation du groupe de 32 % lorsque celui-ci est arrêté pendant les phases de déchargement comme le recommandent les bonnes pratiques (fig. n°1).

Rappeler et diffuser les règles de bonnes pratiques est important. Il faut les faire connaitre aux conducteurs de transport frigorifiques mais aussi leur donner les moyens et les arguments pour les faire accepter par leurs interlocuteurs et en particulier les chargeurs et les réceptionnaires. La formation à l’écoconduite des véhicules et la diffusion des bonnes pratiques ont montré leur efficacité, la formation à l’écoconduite de l’engin frigorifique et la diffusion des bonnes pratiques peuvent être aussi efficaces !

graphique consommation groupes frigorifiques
Fig. n°1 : Comparaison des consommations énergétiques du groupe frigorifique avec et sans arrêt lors des livraisons.

Un programme de formation pour encourager les économies d’énergie dans le transport frigorifique

Fort de ce constat le Cemafroid en partenariat avec l’Opérateur de Performance Energétique (OPE) a construit le programme FROIF : Formation des Routiers Opérateurs d’Installation de Froid. Cette initiative novatrice a été pensée dans le cadre de l’appel à programme lancé par le Ministère de la Transition Energétique et Solidaire pour encourager les économies d’énergie.

Logo Formations FROIF

Le programme FROIF a quatre objectifs principaux :

  • former les conducteurs routiers du transport frigorifique aux éco-gestes spécifiques à la chaîne du froid;
  • sensibiliser les conducteurs de transport frigorifique réfrigéré aux économies d'énergie ;
  • donner aux conducteurs des arguments et des éléments pour convaincre les chargeurs et les réceptionnaires du bienfondé des bonnes pratiques ;
  • pérenniser les économies d'énergie à travers un site internet d’information, des tests en ligne et des plaquettes d’information.

A l’issue de la formation les élèves seront capables de gérer leur équipement de manière éco-responsable et énergétiquement frugale. Ils seront en mesure de comprendre l’intérêt et l’opportunité d’une démarche Eco-Responsable, des mécanismes et des ressorts de l’efficacité énergétique, de réduire les coûts d’utilisation du véhicule et de réduire les coûts d’utilisation du Groupe de Froid Embarqué.

L’objectif est d’atteindre un gain énergétique de 5 à 20 % sur une année d’utilisation. Sur la base de 2000 heures d’utilisation par an, et avec une consommation moyenne de 3,5 litres de gasoil par heure d’utilisation cela représente 350 à 1400 litres de gasoil d’économie par an et par véhicule. La flotte française étant de 140 000 engins de transport sous température dirigée, le gisement d’économie d’énergie est important.

La pédagogie utilisée est dite "de la découverte" et privilégie les exercices pratiques. La théorie est apportée en complément comme repères. Un dossier pédagogique est remis au stagiaire pour lui permettre de s'y référer pendant et après la formation et de poursuivre ainsi sa progression. Mise en place d’un plan d’actions personnel d’amélioration.

La mise en place de marquage d’information sur les portes des caisses frigorifiques permettra de sensibiliser tous les acteurs et d’aider les conducteurs à convaincre chargeurs et réceptionnaires du bienfondé des bonnes pratiques de gestion des camions frigorifiques.

Le déploiement de FROIF est prévu à échéance de mi-janvier avec des sessions sur tout le territoire sous condition que le programme FROIF soit retenu dans le cadre de l’appel à programme.

Des perspectives importantes

L’une des problématiques majeures du transport frigorifique est sa grande dépendance au pétrole qui contribue à la fois à la production de froid et au transport proprement dit. Les équipements utilisés dans le transport frigorifique ont été améliorés tout au long de ces 60 dernières années. Les échanges mondiaux de denrées alimentaires se sont fortement développés et poursuivront leur développement dans les prochaines décennies. Pour alimenter 10 milliards d’habitants en 2050 sur la terre, ces échanges devront s’intensifier encore.

Parallèlement, le transport routier mondial de marchandises devrait augmenter de 2,5 % par an jusqu’en 2030. Cette tendance illustre clairement l’importance du transport frigorifique à l’échelle mondiale. En outre, le flux des produits pharmaceutiques sous température dirigée augmente de plus de 20 % par an. Pour faire face à cette augmentation sans accroître son impact sur l’environnement, le transport frigorifique doit relever un certain nombre de défis scientifiques et techniques axés sur la conception du véhicule, les équipements frigorifiques, les frigorigènes utilisés, la sécurité alimentaire et les aspects de gestion et de logistique.

Le transport frigorifique compte environ 4 millions de véhicules frigorifiques en service dans le monde en 2018, mais le niveau d’équipement est très hétérogène dans le monde avec un taux d’équipement plus de dix fois plus élevé dans les pays développés que dans les pays en développement. L’augmentation du parc mondial entrainera des consommations énergétiques plus importantes, qui pourront être atténuées par une diffusion des bonnes pratiques. En France le parc se compose de camionnettes (55 %), de camions (20 %), des semi-remorques ou remorques (25 %).

 
     

 

cemafroid
Revenir à la newsletter   Facebook Cemafroid   Twitter Cemafroid   LinkedIn Cemafroid   Google+ Cemafroid  
cemafroid
cemafroid